L'histoire d'Alessa Rose



Notre histoire

 
"Tout commence par l’histoire de ma famille… Dans les années 60, mes grands-parents travaillent chez Coelima. Coelima, c'est la plus grosse usine de textile du Portugal, créée en 1922. Ma grand-mère y travaillait comme lavandière et mon grand-père, lui, était fileur sur la chaîne de production. Dans les années 60, l’usine emploie jusqu'à 3500 personnes. Désormais, avec les délocalisations massives vers l'Asie, il n'y a plus que 400 personnes qui travaillent sur le site de Pevidém, le village natal de mes grands-parents. Mon enfance a été bercée par l'histoire de cette usine... et par la transmission du savoir-faire textile.
Et depuis toujours, comme un doux rêve, j'imagine comment à mon échelle je pourrais participer à recréer des emplois dans le village de mes grands-parents ou les villages alentours.
En 2014, je reprends mes crayons, et commence à imaginer quelques pièces qui me font envie. Des dessins qui seront rangés dans un petit coin.
L’entreprenariat dans la peau, je créé une première entreprise en 2015, alors que je suis toujours étudiante. Cette première expérience, bien que pas dans le secteur textile, me pousse tout de même à créer une aventure entrepreneuriale de plus grande envergure ! Et c’est précisément ce que je fais, en 2017, avec le lancement de LABL, qui distribue alors une dizaine de créateurs français, la crème de la crème d’une mode confidentielle et respectueuse.
En 2018, au fil de mes rencontres, je chemine de la distribution vers la création d’Alessa Rose."

 

Marie, créatrice d'Alessa Rose