LA MODE BIO

LA MODE BIO

 

La mode éthique et les idées reçues

Il n'est pas toujours évident de s'y retrouver dans le labyrinthe encore bien flou de la mode éthique : vers quelles marques se tourner ? Quels points doivent attirer mon attention ? Faut-il croire les étiquettes ? Entre commerce équitable, mode éthique, mode biologique, nous ne savons plus où donner de la tête ! 

Tous les mois, nous essayerons de décrypter pour vous certaines idées reçues afin de mieux lancer ou poursuivre votre démarche éthique pour vos achats textiles :)

Être dans une démarche éthique s'acquiert au fil des années, il est inutile de vouloir changer son dressing dans son intégralité du jour au lendemain, l'idée de cet article n'est donc pas d'entrer dans un discours moralisateur (bien au contraire) mais plutôt de vous conseiller ;)

 

Sélectionner des matières premières biologiques, c'est mieux : oui MAIS

 

Dans la mode éthique, l'important ne se centre pas uniquement sur le lieu de fabrication des produits, mais également sur les matières premières et la façon dont ces dernières sont traitées. Ethoxylates de nonylphénol, composés perfluorés, polybromodiphényléthers... sans un Bac +8 de chimie, impossible de comprendre ces noms à rallonge. Pourtant ces molécules, nocives pour la santé comme pour l'environnement, sont présentes sur nos vêtements. Ces molécules sont utilisées par l'industrie textile pour faciliter le nettoyage ou encore le repassage de vos vêtements par exemple, sans même que vous ne puissiez en avoir la connaissance.

Pour contrer ces utilisations massives de substances chimiques toxiques, certaines marques décident de parier sur les matières bio. Pour rappel, les textiles bio sont en fibres naturelles et répondent aux règles de l'agriculture biologique (pas d'utilisation de pesticides, aucun emploi d'OGM ou d'hormones chimiques, respect total des animaux et des sols). Le traitement comme la teinture des textiles sont réalisés avec des produits naturels ou bio. Cela limite le risque de retrouver des particules nocives sur les vêtements que nous portons au quotidien.

 

Matière première bio  

A première vue, il s'agit donc d'une belle option que de sélectionner des matières premières bio. Néanmoins, un point reste important à prendre en considération : les pays producteurs de ces matières premières bio. Prenons l'exemple du coton bio, il n'y a aucun producteur européen. Le premier producteur de coton bio n'est autre que l'Inde (à 74%) suivi par la Turquie (à 11%) et la Chine (à 6%). Par conséquent, ces matières premières vont parcourir plusieurs milliers de kilomètres pour arriver jusqu'à nous. Et ce, dans des conditions pas toujours très "bio"  (containers pollués, chargés en substances toxiques, à bord de navire polluant)... ça fait beaucoup de pollution tout ça !

Lorsque nous savons que le transport maritime génère plus d'un milliard de tonnes de CO2 dans sa globalité (soit plus de 3% des émissions mondiales) et qu'un seul navire peut fabriquer plus d'émissions en un an que plusieurs îles réunies, on se dit qu'il y a comme une incohérence : bio mais pas écolo ? ;)

 Le mieux est donc encore de se tourner vers des productions et des matières européennes, des marques qui suppriment les substances dangereuses de leur chaîne de production, et plus largement, de se renseigner sur la provenance des matières (bio comme non-bio) ;)